Notre histoire

Sainte-Marie Saint-Joseph,
bien plus qu'une école

Instruction obligatoire

En 1840, la loi sur l’instruction primaire oblige la commune de Bondues à pourvoir aux dépenses de construction d’une école communale ; Bondues doit construire deux écoles, l’une pour les filles, l’autre pour les garçons. L’école des garçons sera donc construite sur la place intégrée dans l’architecture de la mairie. Le comité d’instruction publique est présidé par Monsieur Albert Dubosquiel, maire de Bondues et par Monsieur le Curé.

L’école communale "Couvent de la Sainte Union »

En 1845, Jean-Baptiste Tiers, rentier de la commune, prend l’initiative de faire construire l’école de filles et de la donner à la commune à la condition expresse qu’elle soit dirigée par des institutrices faisant partie d’une congrégation religieuse. Deux religieuses enseignantes des sœurs de la Sainte-Union se chargeront donc de l’instruction des filles. Le couvent ouvre ses portes le 10 décembre 1845 chemin des Moines (actuelle rue du Bosquiel).

La laïcisation sème le trouble à Bondues

1881 : loi Ferry - Enseignement primaire publique gratuit et obligatoire pour tous. En route vers la laïcisation : Les lois sur l’enseignement obligent la commune à nommer des institutrices laïques. Or, le legs Tiers stipulait que la donation avait pour condition la tenue de l’école de filles par des institutrices appartenant à une congrégation religieuse. Les conditions de la donation n’étant plus respectées, la commune doit trouver de nouveaux locaux pour la classe laïque des filles. Elle sera installée provisoirement dans une salle de l’école de garçons à côté de la mairie.

Naissance des écoles paroissiales

En 1886, l’école libre des garçons, quant à elle, est créée dans l’ancien patronage Saint Joseph (le patronage est une oeuvre sociale qui organise les loisirs, aujourd’hui nous appellerons cela un foyer social), rue des Peupliers, devenue rue Saint Joseph. Parallèlement, le bâtiment de l’école communale toujours tenue par les sœurs de la Sainte-Union sera cédé au patronage.

Ecoles mixtes maternelle et primaire

L’école des filles prendra le nom de Sainte-Marie en 1941. De nouveaux locaux seront construits en 1968 (extension des classes des TPS/PS) puis en 1970, les écoles Sainte Marie et Saint Joseph fusionneront pour devenir un établissement mixte. Et enfin, en 1974, l’école Sainte Marie deviendra l’école maternelle et l’école Saint Joseph deviendra l’école primaire.

Réunification et avenir

En 2016 débutent d’importants travaux d’agrandissement en vue de la réunification des deux écoles. En 2017, l’école Sainte-Marie déménage sur le site historique de l’école Saint Joseph, rue Saint Joseph. Aujourd’hui, on ne parle plus que d’une seule école : l’école Sainte-Marie Saint-Joseph de Bondues, bien plus qu'une école...

Sources • Gérard DELANNOY - Etudes sur l’école Sainte Marie à Bondues - documents rassemblées pour l’anniversaire des 150 ans de l’école - 1994 • BONTE T., NAZE F., Bondues, Coll. Mémoires en Images, Editions Alan Sutton, Joué-lès-Tours, 1997. • Archives communales, section R